L’Équilibre

Toute notre vie, nous sommes à la recherche d’équilibre.

Nous voulons vivre en harmonie, avec les autres, et avec les différentes parties de nous-même. Nous rêvons d’une situation « stable ». Nous recherchons une balance entre nos différentes activités. Nous essayons de manger équilibré, et de maintenir des finances équilibrées.

D’accord, la notion d’équilibre est illusoire et temporaire. Pourtant, même si nous sommes tous un peu différents, cette recherche d’équilibre est un des plus importants moteurs de notre courte vie d’humain.

Nous recherchons cet équilibre aussi au niveau de la société. Nous avons mis en place des contre-pouvoirs avec la séparation du judiciaire, législatif et exécutif. Nous reconnaissons l’importance des médias indépendants, une liberté d’expression, et le débat politique.

En même temps, dans le monde entier, la polarisation politique se renforce et s’accélère. En particulier aux États-Unis; les deux parties politiques semblent avoir comme objectif principal de s’opposer aux idées de l’autre parti. Chaque côté prend des positions pour se définir comme étant à l’opposé des idées « dangereuses » d’en face. Il n’y a plus d’écoute de l’autre. Il n’y a plus de débat. On demande à chaque électeur de choisir son camp et lorsqu’il le fait, il participe, malgré-lui, à cette polarisation. Et même si, au final, les votes de seulement une très petite partie de la population (les swing votes) entre les deux camps font « pencher » la balance, cette polarisation n’apporte finalement peu d’équilibre. Au contraire, on constate que cette polarisation mène plutôt à la division, à la déchirure et peut-être même à une guerre civile.

De même, chez nous en Suisse, un pays qu’on croyait moins divisé, la crise actuelle est marquée par beaucoup de polarisation, synonyme de déséquilibre. Nous avons l’impression que nous devons choisir notre camp et choisir entre :

  • une médecine « Naturelle » / ou une médecine « Scientifique »
  • une société « Solidaire » / ou un individuel « Égoïste ».
  • une droite « Économiste » / ou une gauche « Bien-pensante »
  • « Corona-paranoïaque » / ou « Corona-sceptique »
  • « Pro » / ou « Anti » Vaccin
  • « Anti » / ou « Pro » Masque
  • « Mouton » / ou « Rebelle »
  • « Vendue » / ou « Négationniste »
  • « Responsable » / ou « Irresponsable »
  • « Comploteur » / ou « Complotiste »
  • « Collapsologue » / ou « Protecteur »
  • « Réveillé » / ou « Endormi »
  • « Délateur » / ou « Criminel »

Je l’assume : je refuse de rentrer dans une de ces cases.

D’abord parce que cette situation, et les réponses possibles, ne s’expliquent pas par le noir ou par le blanc. Le monde est beaucoup plus compliqué –  l’équilibre, s’il existe, n’est pas composé de deux extrêmes qui se contrebalancent ! L’équilibre est surtout composé de plein de couleurs et des nuances. Je crois qu’il est sain d’écouter, de comprendre et d’entendre plusieurs prises de position pour aboutir à une opinion, qui en devient modérée.

Ensuite, jouer le jeu de rentrer dans le camp d’extrêmes, avec une posture fermée, c’est aussi de choisir de s’opposer au camp inverse. Or, si la qualité de notre vie est déterminée par la qualité de nos relations aux autres, s’opposer sans débattre ne nous permet ni d’avancer, ni de se sentir bien.

Dans cette crise compliquée de société, il est aussi contre-productif, et probablement toxique, de proclamer qu’il n’existe qu’une seule réponse qui est LA seule vérité. Avec un peu d’humilité, on s’aperçoit qu’il y a tellement de choses qu’on ne sait pas, et qu’il n’y a pas de réponses de vérités absolues. Au contraire, chaque réponse comporte son lot d’indications pour et contre qui doivent être mis en perspective, pris en considération et assumé. C’est donc fondamental d’en débattre de manière sereine.

A mon niveau, ma position reste claire : je souhaite pour moi, et pour mes enfants, de vivre cette vie autrement que celle qui est imposée actuellement. Et je n’ai pas besoin de justifier cette position par des adjectifs polarisant.

J’ai choisi de croire que la majorité des humains sont fondamentalement bons et bien intentionnés. A partir de cette croyance, je peux mieux apprécier les motivations qui nous réunissent tous. Ce qu’il me rassure, et ce qu’il me donne confiance, est de croire que la grande majorité d’entre nous souhaite également retrouver un équilibre. Le temps l’apportera.