Lettre à la RTS et l’invitée du 12.09.2020, Mme Samia Hurst

La RTS, depuis des mois, n’invite au 19:30 que des experts qui soutiennent les mesures. Nous avons décidé de questionner ouvertement cette manière de faire régner « une unique vérité ». Voici la lettre ouverte que le comité de tous.ch vient d’envoyer suite au 19:30 du samedi 12 septembre où l’invitée était Madame Samia Hurst, bioéthicienne et médecin.


NB – notre intention est de questionner le fonctionnement anxiogène (le message). Nous n’avons pas comme intention de prendre à parti Mme Hurst en particulier (le messager). Nous allons faire de même avec d’autres futurs intervenants.

Un extrait qui nous semblent révélateur:

Samia Hurst: « …C’est vrai qu’on n’a, pour le moment, pas eu de victimes entre 20 et 29 ans, mais dès 30 -40 ans on a commencé d’en avoir dans notre pays également ». 

Journaliste : « On vous répondra que ça reste des cas assez exceptionnels. »

Samia Hurst: « Oui, mais justement, on a tenu les rênes sur la maladie. On a eu environ un dixième, ou peut-être même moins, de ce qu’on aurait eu si on avait lâché. Cela dit, la question de savoir où on met la priorité est une vraie question. »


Chère Madame,
Nous avons bien écouté votre intervention de samedi soir lors du TJ et nous avons quelques questions ouvertes que j’aimerais vous poser, si vous en avez le temps.
Vous avez affirmé qu’il y aurait eu au moins 10 fois plus de victimes du covid en Suisse sans les mesures. Sur quelles informations/études basez-vous cette affirmation ?
Vous avez affirmé que les jeunes sont également touchés. Pourriez-vous confirmer que, comme je l’ai constaté en regardant les chiffres disponibles sur le site de l’OFS, la grippe tue plus de jeunes que ce corona ?
Selon les dires d’un médecin travaillant à l’hôpital de Berne, les deux problèmes principaux auxquels ils étaient confrontés lors du confinement étaient les suicides et les violences conjugales. Existe-t-il déjà des chiffres disponibles à ce sujet ?
J’aimerais beaucoup savoir sur quoi vous vous basez pour affirmer qu’il y aurait une flambée « comme au début » si le port du masque n’était plus obligatoire ?
Question liée : avez-vous vu qu’on ne constate aucune différence en termes de décès dans les statistiques entre les cantons qui ont une obligation du port du masque dans les commerces et les restaurants, comme GE, et ceux qui n’en ont pas, comme BE ou ZH ? Comment peut-on l’expliquer à l’heure où le port du masque est présenté comme LA solution pour sauver des vies ?
Avez-vous vu passer cette analyse que j’ai rédigée et où je montre que le taux de létalité actuel de ce coronavirus est extrêmement bas ? https://medium.com/@charly.pache/26000-cas-corona-positifs-en-suisse-a4d60c9cbaa5
Avez-vous lu que le ministre allemand de la santé a publiquement affirmé il y a dix jours que les mesures qui avaient été prises avaient été exagérées (fermeture des écoles, commerces et restaurant notamment) ? Voir https://www.20min.ch/story/gesundheitsminister-sagt-corona-massnahmen-seien-uebertrieben-gewesen-101403914040
Dans l’article susmentionné, un sondage avec plus de 32’000 participants semble indiquer que ce soit la majorité de la population qui pense que les mesures soient exagérées en Suisse (en copie plus bas)
Par rapport au pourquoi les gens ne vont pas au restaurant aux USA, est-ce que cela ne relèverait non pas de la quantité de virus qui circule, mais plutôt de la quantité de peur qui circule dans les médias ? Phénomène observable même en Suisse avec par exemple Jacques Fellay de l’EPFL qui annonçait entre 15’000 et 20’000 morts du covid en Suisse pour juillet-août (on en a eu 24).
Question sur les certificats de décès : ne pensez-vous pas, en tant que bioéthicienne et médecin, qu’il faille plus de transparence sur les certificats de décès des personnes comptées comme victimes du covid ? Voir une modeste pétition que j’ai lancée à ce propos et qui détaille brièvement les enjeux : https://coronews.ch/petition-transparence/
La population suisse a la chance d’avoir accès à des hautes formations et d’obtenir ainsi des outils intellectuels pour comprendre ce genre de crise. Aujourd’hui, même parmi des citoyens qui n’ont jamais remis en question la probité des autorités, des doutes de plus en plus grands apparaissent dans leur esprit vu la faiblesse des preuves présentées par les autorités pour justifier les mesures prises, que – comme on l’a vu avec le sondage – la majorité trouve disproportionnées.
Et beaucoup d’entre nous ont besoin de réponses moins vagues et plus concrètes qu’une hypothétique éventuelle deuxième vague dont l’absence est flagrante. Surtout à un moment où ces mesures  ont un impact bien réel sur nos enfants (en plus de nos places de travail).
Bien à vous, cordialement,
Charly Pache, au nom du comité de www.tous.ch

Laisser un commentaire